aa-francite

aa-francite

Forum d'aide aux alcooliques. Nous nous référons au programme de rétablissement des alcooliques anonymes


    FORUM ALANON

    Partagez

    Invité
    Invité

    FORUM ALANON

    Message par Invité le Dim 7 Déc - 9:22

    http://alanon-francite.forumchti.com
    Ce site permet la rencontre et le partage de personnes ayant un proche dépendant de l'alcool.
    Lorsqu'il n'est plus possible de garder pour soi la souffrance afférente à la maladie alcoolique d'un proche, trouver sur ce site le moyen de comprendre ses douleurs et de les partager avec d'autres personnes ayant le même problème.

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Jeu 8 Jan - 15:19

    Il (ou elle) mène la vie impossible à ses proches à cause de la dépendance à l'alcool, il ne sait plus ce qu'il fait ou ce qu'il ne fait pas, son boulot va à veau-l'eau, ses enfants n'osent plus s'approcher d'elle (ou de lui) . Ma plus grande peur c'est lorsqu'il prend la voiture en dehors de sa violence verbale (et/ou physique).
    Je ne sais plus quoi faire, je pense le quitter mais je ne veux pas l'abandonner non plus, car cela est plus fort que lui.
    J'ai besoin d'en parler à quelqu'un ou à ceux qui connaissent cette situation. Car ensemble l'on peut s'aider.
    http://alanon-francite.forumchti.com

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Mer 14 Jan - 0:37

    Pour retrouver de la sérénité malgré les aléas d'une situation parfois douloureuse ; pour ne pas rester seul(e) à porter un poids qui est bien lourd ; pour essayer de comprendre un proche qui semble paraître dépendant à l'alcool ; pour m'aider à accepter ce que je ne peux changer; j'ai besoin de partager avec d'autres personnes qui ont connu ou qui connaissent le même cas. Pour changer ce que je peux...
    http://alanon-francite.forumchti.com

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Ven 23 Jan - 21:49

    Sans le vouloir vraiment, je culpabilise mon conjoint-e de ne pas savoir s'arrêter de boire quand il le faut.
    J'aime mon enfant et pourtant je lui en veux de s'être transformé-e en buveur incontrôlable...
    Je me culpabilise , pensant souvent que cela est "de ma faute"...

    La dépendance à l'alcool est une Maladie.

    Pour pouvoir comprendre cette maladie et ceux qui la côtoient :
    http://alanon-francite.forumchti.com

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Dim 25 Jan - 21:39

    Nous sommes surtout heureux de ressentir le soulagement des familles d'alcooliques qui se réjouissent de ne plus être isolés.

    Le but des Al-Anons est d'aider les conjoints, familles et amis d'alcooliques à vivre heureux malgré la maladie de l'être cher, de faire la distinction en Mr Hyde et Docteur Jeckyll, de vivre et de laisser vivre les autres sans essayer de les contrôler. Il s'agit plutôt de les laisser face à leurs responsabilités.

    "Il est bon de savoir que quoiqu'on puisse penser, nos proches se sentent quelque part coupables de ne pouvoir rien faire pour nous. De plus, ils subissent notre maladie physique et morale bien au delà de ce que nous pouvons imaginer. La peur fait également partie de leur vie tout comme nous avant notre abstinence."

    "Ce programme est très proche de celui des A.A. et aide nos proches à mieux nous comprendre et nous épauler".

    Anonyme.

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Mar 7 Avr - 22:51

    Je prenais mon conjoint pour un poivrot alcoolo n'ayant aucune volonté, ni capacité à s'arrêter de boire de l'alcool. Je le jugeais, devenais méchante avec lui, le traitant de tous les noms négatifs que je pouvais lui sortir.
    N'ayant aucune pitié dans ma colère, étant impuissante à l'aider, je l'enfonçais dans sa dépendance pensant que je lui faisais du bien à lui dire ce que je pensais de lui.*
    Aujourd'hui avec le recul et surtout depuis que j'ai rencontré les Alanons, des personnes comme moi qui ont un proche dans le même cas que mon conjoint ; j'ai compris que l'alcoolisme est une maladie aussi dure pour lui que pour ses proches. J'ai compris que je suis totalement impuissante à le guérir et que lui seul peut prendre la décision d'arrêter de boire. Nos rapports sont de moins en moins conflictuels et le calme est revenu à la maison. Maintenant j'essaie surtout de changer ma façon de le considérer.
    Comme un homme qui a une maladie qui s'appelle l'alcoolisme.
    Grâce au recours des personnes Alanon je me suis aidée.
    Anonyme.


    http://alanon-francite.forumchti.com

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Dim 12 Avr - 8:29

    MERCI de rappeler par ce sujet , SEBBAH , l'importance du forum , et des réunions AL-ANON !!!!
    Pour tout les proches , et non alcooliques confronté à cette maladie , Ils trouverons les réponses aux multiples questions qu'ils peuvent se poser !!! Et peut-être découvrir eux aussi , qu'ils ne sont plus seul à ce battre contre ce fléau , mais surtout , d'acquérir la juste information et, enfin, pouvoir lâcher prise !!!!
    Pouvoir se confier , recevoir des réponses claires , est le premier pas vers l'espérance de jours meilleurs !!!
    Merci a vous mes AAMIS(es) de l'avoir rappelé ici !!!!!! le ptyloup blanc du berry

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Ven 26 Juin - 22:39

    Dans un petit livre intitulé " lettres aux alcooliques " un médecin alcoologue a dédié un chapitre à la famille :
    Il partage sur "la petite guerre chez vous " car il (elle) continue à boire aveuglément ; puisque la personne malade a perdu la liberté de s'abstenir de l'alcool.
    L'alcoologue insiste également sur le facteur psychologique de la personne (tristesse, anxiété, colère etc...) ignoré d'elle même et donc de son entourage.

    Enfin ce médecin propose également d'opter pour une attitude qui permettrai de liquider le passé, d'essayer d'avoir une neutralité à l'égard de l'alcool (ne pas cacher les bouteilles etc...) ; et de n'attendre aucune promesse ni de serments et au demeurant d'éviter d'essayer d'en obtenir.
    Chose que ne pourrait, malheureusement, mettre en pratique la personne malade alcoolique.
    La toute dernière recommandation qui pourrait être mise en pratique par la famille du malade c'est la confiance.
    Essayer autant que possible, de faire taire une anxiété méfiante et suspicieuse ; pour essayer de l'aider à cette restauration de la valeur humaine qu'il retrouvera grâce à vous par l'estime et l'affection dont il (elle) a tant besoin.
    Car la personne malade alcoolique ne pourra retrouver une signification valable à sa vie d'abord qu'auprès des siens.

    Et le médecin de conclure :
    Croyez-moi je m'efforce de rester objectif en vous disant que le pronostic est impossible et en vous montrant les choses en face. Retenez, je vous prie, qu'un nouvel et authentique espoir est né.
    Ce sont les cas en apparence les plus désespérés qui parfois réussissent le mieux.


    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Pour vous aider à mieux comprendre la maladie alcoolique d'un être que vous aimez, trouvez de l'aide auprès de ceux et celles qui leur sont proches, sur le site :

    http://alanon-francite.forumchti.com

    annette
    Admin

    Age : 70
    Localisation : liège

    Re: FORUM ALANON

    Message par annette le Sam 27 Juin - 1:17

    C'est toujours utile à savoir
    J'inscris ce lien qui peut aider tant de monde
    Merci

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Ven 4 Déc - 10:05

    Les Fêtes de fin d'année approchent et l'angoisse de connaître un être proche qui s'alcoolise, augmente.

    Il est fortement suggéré de s'aider à partager avec des personnes qui sont dans le même cas. L'union fait la force et le partage permet de poser le poids de la co-dépendance à l'alcool.

    http://alanon-francite.forumchti.com est un site où la rencontre entre personnes vivant la même situation aide à mieux la gérer.

    Etre ensemble, c'est être plus fort.

    Bonnes Fêtes...! :noel/danse: à vous toutes et tous.

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Mar 16 Mar - 10:36

    Merci Sebah d'avoir ouvert ce fil;en effet mon mari y est allé et sa première réflexion après la 1 réunion fut "eh bien j'en ai fait des erreurs avec toi ;j'étais complètement à coté de la plaque "et à partir de ce jour il s'est attelé à m'aider et à mieux me comprendre.Il faut dire que les al-anons ont le meme programme de rétablissement que nous et que lorsque il y a un alcoolique dans la famille;c'est toute la famille qui est malade! CHLOE

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Mar 16 Mar - 12:01

    Cà ne pouvait pas mieux tomber, j'aimerais tellement que Do fasse pareil mais il est allergique à tout ce qui touche AA. Pour lui déposer le verre et volonté. Pas de maladie.Pff on verra. J'ose même pas lui proposer une réunion ouverte.

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Mar 16 Mar - 12:53

    Tu devais, Hélène, au pire tout ce que tu risques est un refus.
    Au mieux, ça vous aide.
    Biz.

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Jeu 3 Juin - 8:14

    Bonjour,

    Je suis le mari d’une alcoolique.

    J’ai connu Al-Anon en suivant ma femme à sa première réunion A.A. le 5 février 1992. J’étais partagé entre une grande espérance : c’est probablement ça la bonne solution pour tenir le coup, et une grande crainte : et si c’était une secte qui l’embarque dans Dieu sait quoi ?
    Je ne me souviens pas de ce qui s’est dit ce soir là, mais j’ai pris de la littérature, un bouquin de réflexions quotidiennes et dans la semaine qui a suivi, je l’ai lu en entier. J’ai été subjugué. C’est ça la bonne façon de voir le problème.

    Avant cette date, il y a eu une période où je n’ai rien vu, où j’ai nié, où j’ai pensé que tout allait s’arranger avec le temps, avec mon amour. Je comptais les bouteilles, je marquais les nivaux, je reniflais son haleine. J’ai fait des sermons, je l’ai engueulée, je l’ai frappée violemment, parfaitement convaincu que c’était la seule façon de lui faire entendre raison ; j’ai abusé de la situation. Je passais mon temps à réagir à ce qu’elle faisait ou disait.
    En un mot, j’étais malade moi aussi.

    Al-Anon m’a permis dans un premier temps de comprendre l’alcoolisme en tant que maladie. Maladie de l’esprit, du corps, de l’âme ; maladie progressive, incurable, mortelle ; je ne suis pas responsable de cette maladie.
    Je peux arriver à faire la différence entre l’alcoolisme, maladie exécrable, et la personne alcoolique, être humain malade et en pleine souffrance, en état de dépendance, habité par une véritable compulsion qui le pousse à boire, avec une obsession permanente de l’alcool.
    Al-Anon me suggère de pratiquer le détachement avec amour : je peux continuer d’aimer la personne, tout en n’acceptant pas ses excès, ses agressions.
    Je ne peux pas l’aider tant que lui ne veut rien faire..
    Je ne suis pas responsable de son rétablissement.

    Al-Anon m’a expliqué que l’alcoolisme était un véritable mal familial : si nous faisons ou si nous avons fait partie de l’entourage d’un alcoolique, nous sommes tous plus ou moins affectés par les conséquences de l’alcoolisme de cette personne. Plus nous l’aimons, plus nous serons touchés : par la honte, l’obsession, l’anxiété, la colère, la négation, la culpabilité, l’apitoiement, le ressentiment…
    Nous nous rejetons la faute les uns sur les autres : c’est la faute de sa mère, c’est à cause de sa femme, ce sont ses copains qui l’entraînent, c’est la faute de son patron. Une mère de famille disait à ses enfants : c’est à cause de vous si je suis obligée de rester . Nous croyons nous décharger en rejetant la faute sur les autres. C’est un véritable carrousel infernal.
    Après avoir entendu parler de maladie et de mal familial, soit j’en suis à dire " Oui mais moi, ce n’est pas pareil ", et alors je vais continuer de souffrir, soit il me reste un brin de lucidité et d ’ honnêteté, et alors : J’accepte mon impuissance face à l’alcool , j’accepte l’idée que je suis malade et que j’ai besoin d’aide, et je me mets en état de recevoir cette aide : J’ouvre mon esprit.

    Alors je vais entendre les suggestions qu’ Al-Anon va me faire, pendant les réunions ,en partageant au téléphone, par la littérature, avec l’aide d’un parrain , et ce sera à moi de choisir là dedans ce qui me conviendra , rien ne me sera imposé, je prendrai ce qui me plaît et laisserai le reste de côté. J’irai à mon rythme ; je disposerai de mon libre arbitre permanent.
    Al-Anon me rassure : Tu n’es pas responsable de l’alcoolisme de l’autre. Il me permet de recentrer ma vision : Tu es responsable de toi ; tu ne vas pas bien, tu as besoin d’aide ; il me permet de retrouver l’espoir : je rencontre des gens qui ont les mêmes problèmes que moi et qui vont bien : mais alors moi aussi , c’est possible.
    Al-Anon me donne la possibilité de me rétablir, d’être responsable de moi , d’assumer mes choix, de réfléchir au sens que je donne à la vie.
    Et cela, quelle que soit l’attitude de l’alcoolique : qu’il refuse de reconnaître son problème, qu’il essaie de s’en sortir sans y arriver, qu’il soit sur la voie du rétablissement, qu’il soit décédé.

    Personnellement, j’ai une infinie reconnaissance envers A.A. et Al-Anon.
    C’est sans aucune hésitation que je vous dit : Si vous connaissez des personnes qui vivent cet enfer, n’hésitez pas à leur parler d’Al-Anon.

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Mer 22 Sep - 10:47

    Si même la boisson me porte à ne pas pouvoir me sortir de l'alcool et que mes proches en souffrent ; je peux leur proposer en toute bonne foi, en toute sincérité, en toute impuissance devant ma maladie : d'aller rencontrer les proches de buveurs dépendants de l'alcool.

    http://alanon-francite.forumchti.com




    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Mar 28 Sep - 13:33

    Bonjour les amis, je m'appelle Christine et je suis Al-Anon...

    Pour ma part, je ne souhaite pas à l'heure actuelle revenir sur HIER.

    Hier contient de belles choses et de moins belles choses. Je dirais
    seulement, que je suis partie habiter Toulouse durant 3 ans, car je
    ne croyais plus à la possibilité d'un changement. Je ne me sentais plus aimée, je me sentais très seule, je voyais mon mari se détruire et ne pouvais rien y faire. J'avais peur de le voir toucher le fond. Ça m'angoissait terriblement. J'étais aussi irritée et en colère tout comme j'étais victime de l'alcool de mon mari.

    Durant ces 3 années, mon mari a fait son chemin qui l'a amené à faire une cure et à se joindre aux AA. Pour ma part, je me suis abrutie dans le boulot (jours+nuits) pour ne plus penser à ce que je traversais.
    Puis, Mon corps n'en pouvant plus, a demandé "pouce" et s'est rebellé jusqu'à tomber malade d'un cancer. Je ruminais mes rancœurs et ma colère devant tout ce gâchis. Je me suis dit alors que je ne pourrais me sortir de là vivante que si j'arrivais à me pardonner.
    Je me suis confiée à une kiné de l'hôpital qui m'a donné un truc :
    un jour au calme, on prend un mouchoir, on met tout ce qui dérange
    dedans et on l'envoie. Un soir, j'y mettais mes rancœurs, mes peines, mes espoirs. J'ai fait deux nœuds et me suis endormie en paix.
    Un mois après, mon médecin m'annonçait que j'étais en rémission, mon mari était parti pour sa cure.
    Quel bonheur !
    Puis un jour de décembre, j'ai eu mon mari au téléphone et un miracle avait lieu, il semblait serein et joyeux au téléphone et ça sans alcool dans la voix.
    Je lui ai dit alors que je souhaitais le voir, voir ce miracle, pouvoir enfin vivre ce miracle. Il m'a alors parlé d'Al-Anon. Je n'en avais jamais entendu parler auparavant.
    Après qu'il m'ait expliqué ce dont il s'agissait, je suis allée tout de
    suite en réunion. Et là, deuxième miracle, j'ai été accueillie très chaleureusement par des personnes si souriantes ! M'étais-je trompée ,ils étaient si sereins !
    Un petit café, des bises de chacun, tout le monde qui me donnait son prénom... Je m'appelle Roger, bienvenue, moi c'est Brigitte… Puis la réunion a commencé dans un grand respect de la personne qui parlait, pas de jugement de qui que ce soit, pas de commentaires sur la parole de quelqu'un mais une grande qualité d'écoute les uns des autres.

    J'ai écouté des mots que j'avais l'impression d'entendre pour la première fois, mais que je connaissais :

    Alcoolisme mal familial
    Vivre et laisser vivre
    Lâcher prise
    Descendre du manège
    Garder l'esprit ouvert
    Accepter
    Courage
    Changer les choses
    Sérénité
    Humilité
    Rétablissement

    Enfin, ils m'ont donné le sentiment après m'avoir écoutée, d'avoir compris tout ce qui s'était passé dans ces valises que je posais là.

    Après ces échanges d'une grande intensité, on a eu de nouveau un petit café avec des propos de sympathie. J'avais de nouveaux amis. Je me sentais en osmose complète avec le groupe et j'ai compris que je ne serais plus jamais seule devant ce problème d'alcool. Ce moment du café fut aussi très réparateur. On m'a donné des numéros de téléphone en me disant que je ne dérangerai jamais si j'avais besoin d'aide.

    En rentrant chez moi, je me suis mise à penser : "si seulement tous les jours de la semaine étaient mercredi, qu'est-ce que ça serait bien". Il m'a fallu alors accepter de me hâter lentement.
    Puis, je suis remontée à Dieppe voir mon mari et nous avons passé 5 jours que jamais je n'oublierai.
    Il m'a proposé le dimanche après-midi de venir en réunion ouverte à "vivre sobre" à Rouen.
    Lorsque j'ai entendu mon mari se présenter en disant : "je suis
    alcoolique", j'ai compris que je pouvais avoir confiance en son rétablissement et j'ai depuis lors éprouvé une grande reconnaissance envers ces alcooliques qui savaient si bien s'aider dans leur recherche de l'abstinence puis de la sobriété.
    Avec beaucoup d'émotion, je me suis encore débarrassée d'une bien lourde valise.
    Depuis, j'arrive grâce aux Al-Anons à me rétablir petit à petit, et mon
    rétablissement passe aussi par les réunions ouvertes AA.
    Je sais maintenant que j'ai beaucoup de travail à faire sur moi même pour changer toutes ces attitudes irrationnelles qui me pourrissaient la vie.
    J'ai perdu beaucoup de temps et d'énergie à dresser l'inventaire des autres sans penser à dresser le mien.
    J'ai du pain sur la planche, car j'ai découvert que non seulement j'avais des défauts mais aussi que j'avais des qualités, donc je dois travailler sur moi. Il me faut maintenant m'accepter telle que je suis et ça ne me laisse guère de temps pour faire l'inventaire des autres.
    Avec Al-Anon, j'apprends à changer mes attitudes, à maîtriser mes émotions, à surmonter mes colères. Et, je n'ai plus de sentiments de culpabilité.
    J'apprends à vivre un jour à la fois et ça marche. Je découvre aussi le service et je sens que ça aide aussi au rétablissement.
    Grâce au programme Al-Anon, je m'accepte comme quelqu'un qui veut vivre une bonne vie.
    J'ai besoin de ce programme et des Al-Anons qui savent si bien me pardonner et m'aider à me pardonner lorsque je rechute dans les moments de peurs, lorsque les vieux réflexes, les vieilles mauvaises attitudes reviennent à la surface. Leur expérience dans le programme me permet d'ouvrir la fenêtre qui me permet de respirer un peu en ouvrant tout grand mon esprit.
    Je sais aussi de par les partages AA et Al-Anon, qu'il y a toujours lieu d'espérer, et que, peu importe les circonstances auxquelles j'ai à faire face, je suis capable de vivre et d'aimer à nouveau.

    Un grand merci à tous les AA et aux Al-Anons.

    Un grand merci à mon mari qui m'a fait connaître un nouveau mode de vie, qui me permet de me rencontrer et de vivre mieux avec lui.

    Christine


    http://alanon-francite.forumchti.com

    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Sam 6 Nov - 5:03

    Communiqué de presse d’Al-Anon Soirée-conférence « portes ouvertes »
    « Les personnes alcooliques et leurs proches, au travers des consultations médicales»
    Jeudi 18 novembre, à 20 heures, 3 venelle des Capucins, Namur

    Aux Etats-Unis, les thérapeutes, médecins et psychologues, sont nombreux à orienter leurs patients alcooliques et leurs proches, respectivement, vers les AA et les Al-Anon (groupe de soutien aux amis et familles de personnes alcooliques). En Belgique, les professionnels connaissent mal les groupes familiaux Al-Anon et cernent mal le soutien qu’ils peuvent offrir en complément à leurs thérapies. A Namur, le Dr Biset est connu pour l’aide qu’il apporte aux personnes alcooliques. Il a accepté de parler de sa pratique, mais aussi des rapports complexes que ces hommes et femmes confrontés à un problème d’alcool entretiennent avec leur conjoint, parents ou enfants.



    En effet, il n’est pas nécessaire de boire pour souffrir de l’alcoolisme. Cette réalité sera au cœur d’une conférence-soirée « portes ouvertes », organisée par le groupe familial Al-Anon de Namur, en son local (3 venelle des Capucins, 5000 Namur, 3e étage), le jeudi 18 novembre, de 20 à 21 h 30 (accueil dès 19 h 30), qui devrait permettre de mieux faire connaître le soutien apporté par Al-Anon à toute personne qui vit dans l’entourage de personnes alcooliques. L’exposé du Dr Biset portera sur « Les personnes alcooliques et leurs proches, au travers des consultations médicales».



    Lors de cette soirée, des parents et conjoints de personnes alcooliques, mais aussi des AA témoigneront et expliqueront l’aide qu’ils trouvent dans les groupes Al-Anon et AA.

    Cette soirée est ouverte aux membres Al-Anon et AA, aux professionnels de la santé et à tous ceux qui souffrent du comportement d’un proche qui a une consommation abusive d’alcool.



    Renseignements :

    http://www.alanonbefr.be/













    Invité
    Invité

    Re: FORUM ALANON

    Message par Invité le Mer 23 Mar - 10:30

    Bonsoir,

    Vous êtes arrivés sur cette page de lecture...C'est sûrement un besoin, un appel au secours.

    Car vivre avec une personne dépendante à l'alcool n'est pas une mince affaire.

    Et la co-dépendance n'est pas souvent perçue comme telle.

    D'autres personnes ont le même vécu au quotidien. C'est ensemble que l'on peut en parler, partager, s'écouter, déposer sa douleur et son désaroi. Et surtout retrouver sa joie de vivre en côtoyant la maladie alcoolique.

    http://alanon-francite.forumchti.com est un forum de partages entre personnes qui vivent le même problème. A plusieurs se trouve l'entr'aide dont on a fortement besoin.

    :albino:

    Contenu sponsorisé

    Re: FORUM ALANON

    Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:53


      La date/heure actuelle est Dim 11 Déc - 12:53